Archives du blog

L’école de la mort – Recueil de nouvelles, éditions Gulf Stream

Voici une chronique que je dois faire depuis un moment déjà mais entre mon hospitalisation (voir l’article sur le Versatile Blogger Award) et mon programme d’accompagnement à la création d’entreprise qui a commencé, je n’ai pas jusqu’ici trouver le temps de m’y mettre correctement. Je ne voulais pas bâcler cet avis car ce livre mérite nettement mieux !

J’ai reçu ce livre dans le cadre de « La voie des indés » organisé par Libfly. Cet évènement (que je trouve vraiment génial) permet aux lecteurs de découvrir des maisons d’éditions pas forcément très connues en lisant des livres reçus en partenariat. Le choix était limité à 3 livres au total et celui ci faisait partie de ma liste.

Tout d’abord, je tiens à remercier Libfly et les éditions Gulf Stream pour m’avoir donné l’opportunité de lire ce recueil.
Il n’est pas seulement magnifique d’un point de vue esthétique, mais aussi très travaillé. Il peut largement rivaliser avec des recueils de maisons d’éditions plus connues ! Il s’en est vraiment fallu de peu pour qu’il soit un coup de coeur.

Au niveau de la couverture, j’ai été agréablement surprise. J’ai aimé la rigidité de celle ci. Certains n’aiment pas mais pour ma part, j’aime sentir un minimum de poids dans le livre que je lis. De plus, il est très soigné. J’ai vraiment apprécié l’image spectrale de la tête de mort, discrète mais présente. On est déjà dans l’ambiance.

Dans ce recueil, vous trouverez 8 nouvelles de 4 auteurs différents. Le thème principal est l’école, mais comme vous le lirez dans mon avis, ce thème est plus flagrant dans certaines nouvelles que dans d’autres.
Voici tout d’abord la liste des nouvelles et des auteurs:

1) Les demoiselles se Saint-Cyr, sages comme des anges de Béatrice Egémar
2) Le maître des pierres de Martial Caroff
3) Les fantômes de Saint James de Charlotte Bousquet
4) L’oeil du loup de Lilian Bathelot
5) Obsession de Charlotte Bousquet
6) Tatoo Coeur de Lilian Bathelot
7) Meurtre à la maison de vie de Béatrice Egémar
8) Agora Game de Martial Caroff

Maintenant, voici mes avis détaillés sur chaque nouvelle.

Les demoiselles se Saint-Cyr, sages comme des anges de Béatrice Egémar

Pour cette nouvelle, on se retrouve à l’époque de Mme de Maintenon à l’école de Saint Cyr. J’ai tout d’abord apprécier le contexte historique de cette nouvelle. L’univers est assez bien amené même si pour moi – c’est un vrai regret pour moi – elle mériterait presque d’être plus développée. En effet j’ai trouvé cette histoire très intéressante et même si elle est suffisante en l’état, j’aurais aimé en lire plus. Cette nouvelle m’a plu pour plusieurs raison. Tout d’abord pour son époque. C’est une époque que j’apprécie déjà à la base et comme je l’ai dit ci dessus, elle est ici bien travaillée. Mais aussi, les personnages sont pour moi très intéressants. Ils sont plus développés qu’il n’y parait. Enfin, l’atmosphère pesante de cet environnement clos ne fait qu’ajouter à la magie presque sinistre de cette histoire. C’est un vrai petit bijou pour moi !

Le maître des pierres de Martial Caroff

Je préfère prévenir tout de suite, cette nouvelle a été ma plus grosse déception de ce roman. Rien de vraiment grave, heureusement car j’ai bien plus apprécié la deuxième nouvelle de cet auteur.
Pour ce qui est de celle ci, on ce retrouve dans une période de la préhistoire. Plusieurs choses mon dérangé. Tout d’abord, je n’ai pas vraiment accroché au style utilisé par l’auteur dans cette nouvelle. Il y a un décalage flagrant entre le langage du narrateur et celui des personnage. Même si c’est visiblement voulu, pour moi ce contraste était un peu trop flagrant. De plus, en essayant d’en dévoiler le moins possible, le thème du cannibalisme, présent dans cette nouvelle, est un thème qui personnellement me dérange vraiment. Je ne saurais pas vous dire pourquoi, je peux regarder des films très gores avec des litres de sang, mais même la scène de cannibalisme la plus soft, même simplement évoquée me mets horriblement mal à l’aise.
Il y a quand même quelque chose que j’ai particulièrement apprécié. A la fin de la nouvelle, l’auteur nous en dit plus sur ses recherches sur l’époque et l’univers de la nouvelle. Ce petit morceau de documentaire est le bienvenu.

Les fantômes de Saint James de Charlotte Bousquet

Dans cette nouvelle, une petite partie documentaire se situe avant le début du récit. J’aime l’idée d’avoir une vraie base historique à une histoire, et le fait que l’auteur nous fasse partager une partie de ses recherches est vraiment appréciable. Ici aussi, nous retrouvons une atmosphère pesante, comme dans la première nouvelle. Ici l’histoire mêle religion et surnaturelle pour nous fournir une histoire presque angoissante. J’avoue que je me suis sentie mal à l’aise à certains moment de ma lecture mais même si cela paraît bizarre, c’était une bonne sensation. Cela montre que l’histoire est prenante et il n’y avait pas non plus d’élément vraiment dérangeant. La fin est abrupte mais reste ouverte, là aussi on pourrait souhaiter une suite.

L’oeil du loup de Lilian Bathelot

Cette fois ci, nous voilà au moment de la seconde guerre mondiale en Russie. Dans cette nouvelle, le rapport avec l’école est un peu plus éloignée. Ici il n’est pas vraiment question d’école, mais plus d’une formation militaire. Même si cette période de l’histoire ne me passionne pas spécialement, j’ai vraiment apprécié cette nouvelle. J’ai aimé la façon dont l’auteur nous dépeint une situation sombre très adaptée avec le contexte de la guerre. On se sens presque opressé par l’univers particulier de cette nouvelle. C’est comme si l’espoir avait disparu. Tout cela rend l’histoire et ses personnages très intéressants.

Obsession de Charlotte Bousquet

Il n’y a pas de repères historiques vraiment évidents mais on peut situer cette nouvelle dans les environs de la fin XVIème – début XVIIème siècle. Encore une fois, le rapport avec l’école est plus distant, on retrouve ici une académie d’escrime. Cette histoire se démarque des autres par son côté très romantique. L’histoire est assez prenante et encore une fois, même s’ils peuvent tout d’abord paraître simplistes, les personnages sont assez développés. De plus, le côté épistolaire de cette nouvelle amène une nouveauté, un nouveau format assez rafraîchissant à ce moment du recueil.

Tatoo Coeur de Lilian Bathelot

Le rapport avec l’école n’est pas le plus évident mais l’histoire est intéressante. J’ai aimé le contexte, j’aurais aimé en savoir plus, que se soit sur l’univers ou les thèmes abordés (par exemple le thème des tatouages thérapeutiques). On ressent vraiment une ambiance de révolte. J’ai vraiment aimé cette nouvelle montrant bien l’illustration du pouvoir d’un groupe sur un individuel.

Meurtre à la maison de vie de Béatrice Egémar

Cette fois ci, l’histoire se passe à la période égyptienne, dans une école de scribes. Cette nouvelle est différente dans sa construction. Elle est en quelque sorte en deux parties. On suit différents personnages qui vont finalement tous se retrouver liés. Cette histoire est très intéressante même si le format court de la nouvelle ne permet pas de passer trop de temps sur le contexte. J’aurais aimé en lire plus car j’ai vraiment aimé la façon dont l’auteur nous a « peint » son univers.

Agora Game de Martial Caroff

Pour cette dernière nouvelle, on se retrouve à l’époque de la Grèce antique, la période des philosophes tels que Socrate. Comme je l’ai dit précédemment j’ai préféré cette nouvelle à la précédente de l’auteur. J’ai déjà une préférence pour la Grèce antique par rapport à l’époque de la préhistoire. Mais j’ai aussi beaucoup aimé les messages de cette histoire. Pour moi, elle est plus développée que l’autre. On lit ici une histoire très marquée par la pensée philosophique. L’auteur nous propose une réflexion sur l’être humain et sa nature. L’histoire s’avère être au final assez glauque mais je trouve qu’elle est parfaite pour finir ce recueil.

 

Au final c’est un très bon livre qui m’a permis (en plus de découvrir les éditions Gulf Stream) de découvrir 4 auteurs aux styles variés et intéressants. Au final, même si lors de ma lecture de sa première nouvelle, j’ai eu un peu de mal avec l’écriture de Martial Caroff, la deuxième nouvelle m’a donné envie de m’intéresser de plus près au travail de cet auteur. Je pense essayer de m’intéresser au travail de ces quatre auteurs, et en particulier à Béatrice Egémar qui reste mon auteur coup de coeur de ce recueil.

Cette lecture fut vraiment un agréable moment !

Ma note: 4/5