Archives Mensuelles: avril 2013

Le jardin des livres à Morestel – 28 avril

Aujourd’hui, petit passage au jardin des livres à Morestel (qui est à 20km maxi de chez moi). Ce n’est pas un grand évènement, juste une petite dizaine (même moins) de bouquinistes pro. J’ai réussi à trouver une bonne sélection de livres (2€ le poche)

Voici mes achats du jour (les photos sont des photos du net, non des photos montrant les exemplaires que j’ai acheté)

– Dune 1 et 2 de Frank Herbert
– Atlantis de David Gibbins
– Fahrenheit 451 de Ray Bradbury
– Le magicien des miroirs de Philipp Vandenberg
– La citadelle interdite de Kathleen Nance
– Une relation dangereuse de Douglas Kennedy
– Le journal de Bridget Jones de Helen Fielding
– Les charmes discrets de la vie conjugale de Douglas Kennedy
– Hiroshima mon amour de Marguerite Duras
– La fleur et le faucon de Virginia Henley
– Captif du passé de Candice Proctor
– Un jour tu me reviendras de Lisa Kleypas
– La folie de Lord Mackenzie de Jennifer Ashley

                            

Publicités

Crossfire T1 Dévoile-moi – Sylvia Day

J’ai commencé à le lire avant de lire 50 nuances de Grey. J’ai ensuite continué de le lire un peu avant de le laisser de côté le temps de lire 50 shades.

Je peux dire que j’ai vu une grande différence entre les deux. Certes, le type de livre est à peu près le même, le sexe est bien présent, pas caché… Mais il n’y a pas photo, j’ai vraiment apprécié Dévoile-moi ce qui n’a pas été le cas avec 50 shades (bien que pour ce qui est de l’humour, il m’a fait bien rire…).

Tout d’abord, les personnages sont plus « vivants »: on en sait plus sur eux que ce qu’on sait des personnages de la saga d’EL James. On peut plus facilement entrer dans leur univers.
Même si parfois celui ci nous met mal à l’aise, il est bien présent, avec ses notes sombres, mais aussi ses lueurs d’espoir. On voit évoluer Eva et Gideon ensemble, on les voit se livrer petit à petit l’un à l’autre. Contrairement à 50 shades, on arrive vraiment à voir une relation amoureuse dans le livre. Certes elle est compliquée, torturée, mais elle est bien présente. Ce livre n’est pas qu’un empilement de scènes pornographiques. Sur ce point là, c’est quand même plus intéressant.

Ensuite, l’ « action » est mieux écrite. Certes on retrouve quand même Gérard Majax lors d’une scène où encore une fois, le préservatif se matérialise et se dématérialise sans qu’on s’en rende vraiment compte sur le coup mais cela reste quand même plus plaisant à lire.
Ici on ne s’encombrera pas de «  » plus énervant qu’autre chose (je n’ai jamais compris pourquoi EL James semblait avoir honte de désigner le sexe féminin par un nom moins « générique » surtout quand la vulgarité pour le reste ne la gênait apparemment pas…), oui ici vous verrez des nom tels que vagin, vulve… Mais après tout, n’est ce pas comme ça que ça s’appelle?
Le vocabulaire qu’on pourrait qualifier de vulgaire est utilisé ici à bon escient: il n’est utilisé que dans les scènes qui se veulent être brutales, rapides, dénuées d’une certaine sensualité. Lors des scènes plus « romantiques » on retrouve un vocabulaire plus nuancé. C’est assez plaisant. Après tout, la vie sentimentale n’est pas qu’un film porno…

En plus d’être bien développés, les personnages sont touchants. Même si Gideon parait relativement fort, il nous dévoile ses faiblesses petit à petit. J’ai été un peu « frustrée » de ne pas en savoir plus sur ce passé dans ce premier tome, mais cela ne fait que rajouter de l’intérêt à la lecture de la suite de la trilogie. On pourrait se poser des questions sur le choix de protagonistes ayant chacun une histoire aussi douloureuse l’un que l’autre à porter. Mais cela appuie la « thèse » de l’amour que l’on doit construire petit à petit, en apprenant à être diplomate, à prendre son temps…

Bref pour tout cela j’ai aimé cette lecture.

Cependant, quelque chose me « gêne » un peu…
J’ai par le passé lu et écris des fanfictions… donc ce genre de livre ne devrait pas me gêner… Mais, je ne sais pas si cela vient du fait que j’ai lu/écris en anglais et que les scènes de sexe en anglais paraissent moins « crues » que ces même scènes en français, mais je ne suis pas aussi « à l’aise » quand je lis ce genre de livre que quand je lis des fanfictions…
Allez savoir pourquoi…

Ma note: 4.5/5

Passage en bibliothèque: Vendredi 12 avril

Voici mes emprunts d’aujourd’hui:

Alpha et Omega T1, Le cri du loup de Patricia Briggs
Facebook m’a tuer de Alexandre des Isnards et Thomas Zuber
Elantris T1 Chute de Brandon Sanderson
Tattoo de Jennifer Lynn Barnes

à lire avant le 3 mai (date de retour des livres)

               

  

Abandon: Traqueur T1 – William Hussey

Deuxième abandon…
Le résumé m’avait vraiment plus… donc je ne sais pas pourquoi je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire…
Peut être que ma mauvaise lecture (Cinquante nuances de Grey) m’a découragé un peu… J’ai même du mal à lire en ce moment.
Mais je pense que ce n’était peut être pas le bon moment pour lire ce livre en ce moment.
Je pense aussi que la scène qui débute le livre n’a pas été pour moi une bonne façon de commencer une lecture… Je n’ai pas vraiment été choqué mais j’aurais voulu en connaitre plus sur l’univers avant.
De plus j’ai du mal avec tout ce qui est flash back ou « … d’années plus tard ». J’ai souvent tendance à perdre le film ou alors je n’aime pas la sensation que j’ai en cours de lecture quand je rejoins le moment de départ… J’ai le même problème avec les films ou les séries… Et là le « 25 ans plus tard » n’a pas aidé…
Je compte réessayer en tout cas !
Si vous l’avez déjà lu, n’hésitez pas à me donner votre avis ou conseils qui pourraient m’encourager à reprendre ce livre.

Demain je retourne en bibliothèque, je vous posterais comme toujours la liste de mes emprunts

Cinquante nuances de Grey – E L James

Bon…
Y’en a des choses à dire, mais elles ne vont pas forcément être bonnes…

Tout d’abord forcément vu le livre, si vous avez des oreilles chastes, passez votre chemin..

Ne m’en voulez pas mais je ne peux pas être « gentille » avec ce livre. Je ne comprends vraiment pas le buzz qu’il a créé. Je le trouve mal écrit, absolument pas érotique, parfois plus vulgaire et glauque qu’un film porno… E L James essaie de le vendre comme une « histoire d’amour »?? Il faudrait qu’on me montre où est l’amour là dedans…

Pour résumer, j’ai lu ou entendu deux phrases ces jours ci qui résument bien ce que je pense de ce livre:
Pour l’action: « On s’en**** ou on fait du ski? Personnellement je vois pas de neige… » Cette phrase est à peu près aussi délicate que les scènes « d’action » de ce livre. Je développerais plus loin…
Pour les personnages plus insupportables les uns que les autres: « Je vais faire de la farine avec ta gu**** tellement je vais t’avoiner la tronche ! » Pareil, développement plus loin.

Tout d’abord, j’ai lu ce livre avec Norah, dans l’optique d’en faire une Lecture Commune. Depuis le temps qu’on en entend parler, elle s’y était mise et ses commentaires m’ont fait sauter le pas… Et ça n’a pas été facile !

Le livre en lui même se lit rapidement (c’est l’un des livres que j’ai fini le plus rapidement ces derniers temps…), car oui ce n’est clairement pas de la grande littérature. Je savais qu’à la base, il ne s’agissait que d’une fanfiction basée sur Twilight, réécrite pour pouvoir être publiée sous couvert d’être un « roman d’amour » vite reclassé en « roman érotique » par les grandes enseignes…
J’ai moi même écris et lu des fanfictions. Sans pour autant croire que je suis un grand écrivain, je pense avoir clairement par le passé écrit nettement mieux que ce que je viens de lire. J’avoue me demander pourquoi moi aussi je n’essairais pas de me faire publier  EL James a fait un malheur avec ce livre… Il est sans doute lu par les mêmes femmes qui crient au scandale et à la perversion quand on parle de films pornographiques… Je suis désolée, mais pour moi le parallèle est rapide. Certes ces films ne sont pas forcément bien joués, mais au final, ce livre ne me parait pas forcément bien écrit non plus… De plus, certains films sont quand même moins barbares que ce livre… (ne faites pas les innocentes, tout le monde a au moins vu un porno dans sa vie…). 

Premièrement le vocabulaire:
Certes on nous sert souvent le gros cliché des films pornographiques rabaissant la femme à coup d’insultes et de « tu aimes ça hein? ». Mais en quoi ce livre est il plus délicat? Est il délicat de définir l’acte par des verbes tels que: pilonner, pistonner, baiser… ?
Les passages à l’acte sont parfois sordides (on passera rapidement sur la scène de l’hôtel de Savannah assez ignoble), paraissent ne durer que quelques secondes (Mr Grey aurait il des problèmes d’éjaculation précoce?) ou alors relèvent tout bonnement d’une collaboration entre Gérard Majax et Marc Dorcel (oui hein, un mec qui jouit en elle alors qu’il a un préservatif, quel tour de magie…)
De plus, l’empilement à outrance des scènes amène une grande lassitude. Certes on sait que l’on lit ce livre pour cela, mais au point de par moment en oublier le pseudo scénario qui essaie d’enrober tout cela dans du papier de soie, c’est trop. De plus, rares sont les hommes capables de lever les couleurs aussi rapidement d’affilée… On veut bien que Mr Grey soit un homme unique et merveilleux (quoi qu’aussi psychopathe et manipulateur à ses heures perdues – et elles sont nombreuses) mais il faut rester dans les limites du crédible quand même.

Ensuite les personnages:
Entre Anastasia, Christian et Kate, j’ai souvent été tentée de me taper la tête contre un mur…
Ana: Je ne comprends pas que cette fille puisse être si « bête »… Si un homme me proposait un tel contrat, déjà je n’hésiterais même pas à ne PAS le signer… mais en plus de ça, je lui aurais surement foutu une baffe et dénoncé aux flics… mais bon.
Après parlons de sa « déesse intérieure »… Elle peut bien danser la salsa, le merengue, tout ce qu’elle veut, lever les yeux, se planquer, faire la gueule, elle est juste insupportable ! Ana est elle schyzo ou est ce vraiment pour énerver tout le monde qu’elle existe? Je n’ai jamais vraiment vu l’utilité de cette « déesse »… A part peut être amener un côté très prétentieux à Ana… ?
Ensuite le un coup oui un coup non, ça va bien cinq minutes, mais quand tout le long ce n’est que ça, c’est lassant. Signe ou ne signe pas mais décide toi ! Mr n’a pas l’air de vouloir te donner le beurre, l’argent du beurre et le sourire du crémier donc prend une décision !
On a vraiment envie par moment de lui mettre des claques, au moins pour lui remettre les idées en place…

Kate: Alors celle là, si elle pouvait s’occuper de ses histoires au lieu de se mêler de celles des autres (et d’y foutre la pagaille par la même occasion)… Elle est un peu le reflet de ce que je n’aime pas (et heureusement dans la vie, je n’ai pas d’amies pareilles !): la fameuse amie qui dit être là pour notre bien mais qui prend plus un malin plaisir à vouloir tout savoir de notre vie plutôt que d’être vraiment là… En plus elle juge souvent sans connaître ou même comprendre les situations… Elle s’insurge quand elle trouve Ana en pleurs, mais ce n’est pas pour autant qu’elle agit vraiment… Enfin bon…

Christian: Que dire de Mr Grey… A part que c’est un véritable psychopathe, manipulateur à l’humour plus que moyen et absolument pas romantique.
A part le court moment de la fin où tout d’un coup (dans un moment d’extrême faiblesse) j’ai réussit à être attendrie par le personnage et le peu d’histoire personnelle qu’il dévoile, j’ai détesté ce personnage. Quand j’ai entendu parler de ce livre, j’ai cru qu’il serait question d’une histoire assez sensuelle. Je ne pouvais pas être plus loin de la vérité… Mr ne fait pas l’amour, il baise. Brutalement. Il n’aime pas le sexe « normal » qu’il appelle sexe « vanille » (pourquoi donc « vanille »? le sexe serait il une sorte de glace aux multiples parfums?). Non lui son truc, c’est  plutôt les câbles de serrage, le gros scotch (le plus épais possible bien sur) et divers objets bien connus du milieu Sado Masochiste…
De plus Mr est souvent partant (comprenez par là que Mr peut remettre le couvert très rapidement, si rapidement que ça en devient limite suspect.). Il prend son pied en contrôlant les autres, quitte à leur faire mal… ou non.
Car oui Mr veut faire mal à Ana, mais finalement non, elle n’aura pas mal, car le mal vient de la peur et la peur, c’est dans la tête (merci pour ce moment intense de philosophie de bazard).
Au final, on se demande ce que fout encore Ana à ces côtés. Certes Mr est peut être beau (et encore personnellement ce n’est pas mon style), riche (c’est peut être ça la clé de son succès) et important, il n’en reste pas moins un personnage qui parait tout droit sorti d’un asile de haute sécurité…

Comme vous l’avez sans doute compris je n’ai pas aimé ce livre. Non. Ce n’est juste pas bon. Les personnages ne sont pas vraiment profonds (quoi qu’on peut se poser des question sur Ana vu les traitements qu’elle a pu subir dans ce premier livre…), on connait très peu de chose sur leur histoire, bien trop peu pour pouvoir voir ce livre comme une simple histoire d’amour.
Le scénario se perd tellement dans l’empilement de scènes qu’on se demande vraiment s’il y’en avait un à la base.
En quoi est il vraiment différent d’un porno dans lequel le scénario de base d’un plombier venant effectuer une réparation chez une charmante demoiselle est vite abandonné pour laisser place à un véritable moment de débauche? Je me le demande encore…

Je lirais la suite, au moins pour voir ce qu’Ana peut bien subir de nouveau après tout ça, et aussi voir si le style de EL James peut s’améliorer ou au contraire tomber dans les abysses…

Ma note: 1/5 (accordé pour l’illustration de couverture qui est encore ce que j’ai préféré dans ce livre et les quelques lignes de la fin qui ont plus d’intérêt que les dizaines de pages qu’on a subit pour en arriver là.)

Abandon: Black Eden T1 de Ana Alonso et Javier Pelegrin

Premier abandon depuis la création de ce blog (si on ne compte pas Les Vampires de Manhattan T1 que je compte réessayer de lire plus tard).

En lisant le résumé, j’étais intriguée par l’histoire. Cependant après un chapitre et demi, j’ai décidé de le refermer définitivement. Tout d’abord, le coeur de l’histoire n’est pas encore arrivé, bien sur au bout d’un chapitre, c’est court… Mais à la place, je me retrouve dans une histoire futuriste, en 2121, avec toute la technologie futuriste qui va avec. D’habitude, le côté futuriste ne me déplait pas mais ici, je n’avais pas choisi de lire cela. Le résumé ne laissait pas voir que l’histoire serait futuriste. De plus, voir que ce livre contient un lexique mais qu’aucun des termes qui y sont présents ne sont signalés dans le livre rend la lecture très pénible. On recherche certains termes sans pour autant les trouver et on en trouve d’autre dont on avait aisément compris le sens.

Je ne pense pas réessayer de relire ce livre, ce qui est dommage, le résumé me plaisait bien mais le début est trop pénible pour me donner envie de continuer.

Avez vous lu ce livre? Avez vous eu les même problèmes? L’histoire vaut elle quand même la peine de continuer?