Effluves de la mort – Violaine Masselin

Avant de donner mon avis sur ce livre, je tiens à préciser certaines choses.
Tout d’abord ce livre n’est plus publié, il est peut être disponible d’occasion (j’avoue ne pas savoir) mais Publibook ne l’édite plus. Ensuite, j’ai connu personnellement la personne qui l’a écrit. Mon avis ne sera pas forcément impartial et c’est pour cela que même si vous trouverez mon avis global, je ne noterais pas ce livre.

Quatrième de couverture:
A 17 ans, on a la vie devant soi : on rit, on pleure, on est heureux… Debbie, non ! Sa vie se fait fade, amère, sans palpitation, ni saveur. Debbie gerbe sa vie. La fureur de vivre n’est plus là, les portes de l’hôpital s’ouvrent à elle et l’espoir s’envole en même temps. Véritable cadavre ambulant, elle lutte chaque jour contre la vie et ses angoisses perpétuelles, au nom d’une seule et unique cause : la mort. Debbie semble condamnée, mais pourtant, à 17 ans, n’est-on pas en droit d’être heureux ? Cet être en mal de vivre va-t-il s’échouer au fond des abîmes éternels ?

« Je suis juste une adolescente de 17 ans qui ne se sent pas de ce monde et qui, pour calmer sa crise existentielle, se jette dans l’écriture… Faire resurgir mes maux… Une longue macération: pas une complainte, pas une plaidoirie, non juste ce que j’ai ressenti et que je ressens encore au plus profond de moi… Ecrire pour me libérer. Ecrire pour exister. »

Ce livre a été écrit en 2005. Il n’a pas été écrit par un auteur professionnel. Pendant la lecture, on se rend compte qu’il n’a surement pas été relu (fautes diverses: coquilles…). On retrouve des erreurs certes, mais c’est un peu le genre d’erreurs bêtes qu’on est parfois capable d’écrire dans le feu de l’action. Lorsque l’on écrit tout ce qui nous passe par la tête et que des erreurs qu’on trouverait énormes en temps normal nous échappe. Cela ne m’avait pas tellement marqué à l’époque… Parce que je m’étais concentré sur l’histoire, je savais de quoi elle parlait, mais je ne la connaissait pas en détails. Cela m’a beaucoup plus attiré cette fois, et effectivement, de nombreuses erreurs sont présentes dans ce livre.

Pour ce qui est de l’histoire, elle ne plairait clairement pas à tous le monde. Des thèmes graves y sont abordés (anorexie, dépression, tentative de suicide…) mais avec les mots d’une adolescente de 17 ans passionnée par la littérature (certains mots ne seraient pas « naturels » pour un ado classique, mais croyez moi, chez cette personne, ils l’étaient.). Ne vous attendez pas à un livre joyeux, c’est tout l’inverse.
En prenant du recul sur ce livre, plusieurs années après, sans pour autant juger l’auteur, je me rends compte que pour quelqu’un qui ne connaîtrait rien d’autre que ce qu’il lirait dans ce livre, l’histoire peut paraître absurde, que l’exagération règne en maître. Mais c’est aussi parce que j’ai maintenant 25 ans, et plus 17. J’ai évolué, j’ai grandi, j’ai appris à faire la part des choses. Ce n’était pas forcément le cas en 2005.

On ne peut cependant pas juger le fond de l’histoire. En lisant ce livre, on se rend compte qu’on ne réagit pas tous de la même façon aux évènements. Chaque être humain est différent, toutes les manières d’agir seront donc différentes, et qui serions nous pour juger de quelle attitude est la meilleure? Celle qui pour nous peut être l’attitude normale à avoir peut paraître totalement insensée et démesurée à quelqu’un d’autre.

Je pense que l’auteur a elle aussi grandi, que depuis une page s’est tournée, que ce livre fait partie du passé. Hier en refermant ce livre, j’ai aussi refermé une partie du passé. Même si je ne pense pas me séparer un jour de ce livre, je ne pense pas non plus que je le relirais un jour. Il faut parfois accepter de tourner la page, de laisser le passé derrière soi. Chacun doit avancer et tourner ses propres pages dans la vie.

Publicités

Publié le 29 mars 2013, dans Autres genres. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :